Bonnes feuilles

Abderrahmane Khelifa

On dit généralement que le lieu de naissance influence l'écrivain. Qu'en pensez-vous ?

Sûrement, il y a un cordon ombilical qui nous relie à la terre natale, au terroir. Mais il faut prendre au sens large ce lieu de naissance surtout quand on est archéologue et historien. En effet toute ma vie professionnelle a eu pour théâtre le pays. J'ai fouillé à Tébessa, Alger, Cherchell, Djemila, Tipasa, Sidi Okba-Biskra, Qal'a des Béni Hammad, Agadir- Tlemcen, Honaïne. Cela crée des liens. En outre, quand on lit les ouvrages d'histoire, on est attaché à son pays plus qu'à son village. Cela étant, je suis content que mon village natal, Tamda, dans le Haut Sebaou (wilaya de Tizi Ouzou) soit une station préhistorique.

Qu'est ce qui vous a poussé à écrire et par qui avez-vous été influencé ?

J'ai passé plus de quarante ans à parcourir le pays pour les problèmes de patrimoine (archéologie, musée, monuments et sites historiques). J'ai d'abord rédigé ma thèse de doctorat qui est un bon exercice de rigueur et de rédaction, fruit de longues années de recherches et de fouilles archéologique. Aussi, acquiert- on une certaine expérience et une connaissance non négligeable. Je me suis dit qu'il serait dommage de ne pas transmettre mon savoir, que je dispensais en cours à l'EPAU et à l'Ecole supérieure des Beaux-arts à un plus large public. Au cours de ma carrière, j'ai publié des articles dans des publications spécialisées, donc il me fallait écrire à la fois pour un large public tout en gardant une information fiable.

Dans vos différentes lectures quels sont les ouvrages qui vous ont le plus influencé ?

Tous les livres d'histoire relatifs au Maghreb. Particulièrement, Abderrahmane Ibn Khaldun qui est un ouvrage monumental mais qui est un outil de première main pour la connaissance de notre pays. Cela étant je suis attiré par les romans historiques et je ne désespère pas un jour d'en écrire un. J'ai un certain nombre d'idées que je compte bien exploiter un jour. Pour le moment, j'écris une histoire des villes.

Les livres parus jusqu'ici en Algérie reflètent-ils les différentes séquences de notre histoire ?

Je ne porte pas de jugement sur les différents livres car nous avons un déficit en matière de production livresque et ce déficit est ressenti dans tous les pays musulmans. Et surtout dans le domaine de l'Histoire. Donc il faut écrire. Le lectorat fera son choix.


Adresse Anep Siège
50, rue Khelifa Boukhalfa,
BP 355, Alger-Gare
Tel. : 213 (0)21 23 83 24
Fax : 213 (0)21 23 64 90
E-mail : contact@anep.dz
Nous Suivre sur FaceBook